vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

quartier des palmiers

  • CHANDELEUR.

    Quarante jours après la naissance de Jésus, Marie et Joseph portèrent l'enfant au Temple, afin de le présenter au Seigneur selon la loi de Moïse, et Marie s'y soumit au rite de purification des jeunes accouchées. Un vieillard, nommé Syméon, vint à la rencontre de Jésus et il salua en lui la « lumière des nations ».

    On célèbre ce jour-là la présentation du Seigneur, mais nous revivons aussi la rencontre de Syméon, symbole de la rencontre du Seigneur et de son peuple, dans la procession des lumières, qui a valu à ce jour le nom de Chandeleur.

    La procession des lumières fait une démarche festive et communautaire de notre entrée dans la maison de Dieu,où nous rencontrerons le Christ dans la fraction du pain « en attendant sa venue dans la gloire. »

     

    Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2,22-40

     

    Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l'amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : « Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. » Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : « un couple de tourterelles ou deux petites colombes. »

    Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C'était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l'Esprit Saint l'annonce qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Christ, le messie du Seigneur. Sous l'action de l'Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l'enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l'enfant dans ses bras, etil bénit Dieu en disant : »Maintenant , ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s'en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »

     

    Le père et la mère de l'enfant s'étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à marie sa mère : »Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d'un glaive - ; ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du coeur d'un grand nombre. »

    Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l'âge de 84 ans. Elle ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

    Lorsqu'ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.

    L'enfant , lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

  • Honte à vous profiteurs de tout acabit !

    500 euros à la minute, sans rien faire, sans rien décider, sans même être présent, se remplir les poches, vive le pactole !

    Pendant ce temps -là des mendiants peuplent les lieux publics pour une petite pièce, pour manger ; les sans -abri ne trouvent plus de place dans un quelconque refuge, dans cet hiver rigoureux où le gel persiste pendant la journée ; des gens ont un toit mais n'arrivent pas à se chauffer

    Cela crie vengeance au Ciel ! Honte à vous tous : politiciens pourris jusqu'à l'os, opportunistes, arrivistes,. Honte à vous qui préférez encaisser de l'argent au lieu de dénoncer un système diabolique. Gens de divers partis , parmi vous il y a des coupables cachés. Assassins, une femme est morte de froid dans la rue !

    Comme l'Abbé Pierre, il faut crier « Au-secours » !

    L.J.

  • L'Ordre des TEMPLIERS.

    Jusqu'au 1er octobre 2017, l'Abbaye de Stavelot accueille en ses murs une exposition sur les Templiers.

    Sur le plan historique, tout commence en 1095, au Concile de Clermont. Le pape Urbain II appelle la foule qui est venue l'écouter à partir pour la première croisade en Terre sainte afin de combattre l'infidèle, et ainsi délivre le tombeau du Christ.

    En 1099, les troupes de Godefroid de Bouillon reprennent Jérusalem qui était aux mains des musulmans depuis quatre siècles.

    L'association Espaces, Tourisme et Culture qui réalise l'exposition a tenu à en préciser les règles : il ne faut pas confondre l'histoire des Templiers avec les légendes qui sont racontées à leur sujet. Un sujet fort plébiscité aujourd'hui dans la littérature. L'association voulait que cette exposition soit la plus objective possible ; elle s'est donc basée sur des documents d'archives qui renvoient à la réalité historique et non à l'histoire romancée.

    On découvre chaque étape des aventures des Templiers : l'appel du pape Urbain II, le voyage en Terre sainte, la naissance de l'Ordre, le chevalier templier et l'art de la guerre, la hiérarchie et la Règle, les richesses supposées immenses...Illustrées chaque fois par des objets comme des armes ou des armures, mais également des dessins d'auteurs imprimés, des fac-similés de documents d'archives ou de manuscrits enluminés et imprimés sur des panneaux géants. Des vidéos viennent encore compléter ce cours d'histoire interactif.

    La suite de l'exposition aborde la fin de l'Ordre, quand, à l'aube du 13 octobre 1307, ses membres sont victimes d'une machination orchestrée par Philippe le Bel, alors roi de France. Les Templiers sont tous arrêtés, le même jour. Puis questionnés, torturés et certains même exécutés.

    Cependant, la visite se termine sur une note positive puisque les dernières pièces sont consacrées au mythe du trésor des Templiers et à sa représentation dans la fiction collective contemporaine, mais également au patrimoine laissé par les Templiers et la Belgique templière.

     

    L'exposition est ouverte tous les jours, de 10h à 18h.

    Prix d'entrée : 6 EUR.

    Adresse : 1, Cour de l'Abbaye – 4970 Stavelot

    Téléphone : 080 88 08 78.

    www.abbayedestavelot.be

     

    D'après l'article de Natacha COCQ

    in l'hebdomadaire « DIMANCHE » N° 2 du 15 janvier 2017.