vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

quartier des palmiers

  • L'ORDRE de MALTE:Spiritualité et Entraide.

    J'ai découvert l'existence des chevaliers hospitaliers de l'Ordre de Malte lors d'une série de visites d'églises de Bruxelles, un jeudi saint, sous la houlette de notre professeur titulaire de 3e moderne (à l'Institut Saint Boniface), très précisément en l'église Notre-Dame du Sablon. Rangés à plusieurs sur une même rangée de chaises et debouts, ils portaient leur grande « cape » rouge foncé avec dans le dos leur grande Croix bien caractéristique.

     

    X

    X X

    Je reproduit ici, la quasi intégralité de l'article de M . Christian LAPORTE, relatant les convictions de M. André QUERTON, un ancien diplomate, actuellement le représentant officiel de l'Ordre de Malte auprès du gouvernement belge.

    « Lorsqu'il évoque son action et sa philosophie, il ne cache pas sa passion certaine pour le défi que les membres de l'Ordre se sont engagés à relever. Un engagement qui l'a bouleversé face aux plus exclus de nos sociétés. Il remet les pendules à l'heure : non, l'Ordre n'est pas un club très sélect d'aristocrates ultra-cathos et très fortunés repliés sur eux-mêmes. Ni une société secrète de soldats chrétiens modernes qui voudraient imposer le catholicisme partout sur la planète. Parce que l'Ordre s'est aussi perpétué dans les autres familles de la chrétienté (sauf chez les orthodoxes) et parce qu'il aide des initiatives d'autres horizons religieux. M. Querton est aussi fier de voir des centaines d'hommes, de femmes et de jeunes s'engager aux côtés de l'Ordre : « Ce sont des personnes qui se mettent au service des handicapés, des seniors, des sans-abri et des malades pour leur procurer un peu de bonheur et d'amour caritatif. L'Ordre est tout à fait de ce temps : pas besoin d'être riche ou d'avoir beaucoup de quartiers de noblesse pour travailler avec nous ! » C.LE

     

     

    Pas bellicistes.

     

    La naissance de l'Ordre de Malte est antérieure aux Croisades. Elle remonte en fait à 1048. Des marchands de l'ancienne république maritime d'Amalfi (Italie) avaient fait construire à Jérusalem un hôpital afin d'assister les pèlerins de l'époque, question de leur permettre de se reposer de très longs voyages et aussi de rentrer au bercail .L'Ordre fut donc d'abord hospitalier. Les Croisades les amenèrent à se muer aussi en militaires et à devenir des chevaliers hospitaliers. C'est alors qu'ils s'engagèrent pour la défense des chrétiens en Terre sainte.

     

    Mais ils se firent expulser par Saladin et durent se replier d'abord sur l'île de Chypre puis sur Rhodes Finalement, ils purent s'installer sur l'île de Malte......

     

     

    Pour tout savoir sur l'origine, l(organisation, les objectifs, l'oeuvre sociale et le financement de l'Ordre de Malte, , voir le grand article de Christian LAPORTE dans « La Libre Belgique » des 26 et 27 novembre 2016, pages 4 et 5 novembre 2016.

    L.J.

  • La conquête arabe.

    Tout d'abord, deux chiffres à méditer.

    L'occupation musulmane de l'Espagne a duré 781 ans.

    Alors que les Romains sont resté en Gaule pendant 500 ans.

     

    X

    X X

    Le Royaume des Wisigoths s'était établi dans la péninsule ibérique et dans l'Afrique du Nord la plus proche, là où vivaient des populations romanisées qui côtoyaient aussi, surtout là où se trouve l'actuel Maroc, des populations berbères.

    Un témoin important est à citer : Augustin (354-430), le futur saint Augustin, évêque d'Hippone (aujourd'hui en Algérie).

     

    X

    X X

    C'est à la fin du printemps 711 qu'une armée arabo-berbère débarqua aux environs de Gibraltar, sous les ordres de Târiq ben Ziyâd, et vainquit le dernier roi wisigoth qui fut tué. Elle était dans la ligne de l'expansion musulmane commanditée par le Califat de Damas ! Elle s'inscrivait dans le mouvement des conquêtes qui vont s'étendre de l'Indus à l'Espagne (VIIe et VIIIe siècles)

    Les Maures conquirent presque toute la péninsule et ne furent arrêtés qu'à POITERS par Charles MARTEL (732).

    Les chrétiens d'Espagne se réfugièrent dans des royaumes indépendants au Nord et à l'Ouest de la péninsule ; cependant que la religion et la civilisation musulmane s'implantèrent dans le reste du pays.

     

     

    Un monde arabe très uni.

     

    Au début des conquêtes, le monde arabe était très uni. Une dépendance politique et morale s'établit et persista pendant longtemps entre les Califats de Damas puis de Bagdad, Kairouan et Cordoue.

    Malgré l'énorme apport des Berbères, les groupes arabes restèrent dominants dans l'Espagne conquise et l'organisation (donc la fidélité) tribale demeurera primordiale.

    La civilisation arabe était unifiée, le Coran rédigé en arabe.

    C'était la période des OMEYYADES (661-750).

    L.J.

  • CORDOUE, L'admirable.

    L'Espagne musulmane, empreinte de tout l'apport des techniques et des arts de l'Orient voit se développer, entre le VIIIe et le XIIe siècle, une culture exceptionnelle et d'avant-garde. Juifs, musulmans et chrétiens y vivent en parfaite harmonie. Les échanges intellectuels sont intenses et féconds.

    L'Andalousie musulmane des neuvième et dixième siècles, était aussi brillante à son apogée que l'Athènes classique ou la Rome impériale.

    Le califat omeyyade de Cordoue était très étendu. Si on y joignait l'Andalousie des émirs omeyyades venus de Syrie (756-929), on se trouvait face à une superficie correspondant aux trois quarts de la péninsule ibérique, Portugal inclus.

    Sous la dynastie des Omeyyades, aux dixième et onzième siècles, Cordoue était, avec ses 300.000 habitants, ses rues pavées et éclairées, ses nombreux bains publics, écoles et bibliothèques, la cité la plus avancée d'Europe.

    Centre de la vie artistique, littéraire et scientifique, sa mosquée recevait des étudiants venus du monde entier.

    On était à un moment clé de l'Histoire, celui où les rives arabe et européenne étaient réunies.

     

    LORD JIM