vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

quartier des palmiers

  • Walthère DEWE, l'indomptable Patriote.

    Walthère Dewé est issu d'une famille de braves campagnards établie depuis plusieurs générations au Thier à Liège. La maison de ses parents s'y dresse encore aujourd'hui, fièrement campée à flanc de coteau comme un belvédère d'où l'on domine le pittoresque panorama de la vallée mosane. C'est là qu'il est né en 1880. Son enfance s'est écoulée dans la chaude atmosphère d'un foyer où, comme fils unique, il connut la douceur des plus tendres affections. Remarquablement doué pour l'étude, il a fait le bonheur de ses parents et de ses maîtres tant par son application soutenue au travail que par ses brillants succès scolaires. (...) Ses aptitudes très marquées pour les mathématiques l'orientèrent vers les carrières scientifiques et il commença les études d'ingénieur des mines à l'Université de Liège. Ce qu'il fut comme étudiant universitaire, son ancien professeur, M. Meurice, le disait avec fierté : «  Des douze mille élèves que j'ai eus à l'Université de Liège, déclarait-il, le plus remarquable a été Walthère Dewé. »

    Après avoir conquis brillamment son grade d'ingénieur des mines, le jeune Dewé se présenta à l'examen d'entrée à la Régie des Téléphones. Et c'est ainsi que, ayant montré au cours de cet examen la haute qualité de sa formation scientifique, il fut admis d'emblée et désigné pour la Régie d'Anvers.

    C'est à Anvers, en 1905, que le jeune ingénieur eut à faire valoir en même temps que sa valeur de technicien, les qualités d'initiative et d'énergie qui attirèrent sur lui l'attention de ses supérieurs et lui valurent une réputation que le temps ne fit que confirmer et embellir.

    A la suite d'un grave accident, tout le réseau téléphonique d'Anvers fut brûlé : une vraie catastrophe. Ce fut pour Dewé l'occasion de se révéler. Loin de se laisser abattre par l'étendue du désastre, il réagit avec toute sa prodigieuse force de caractère, rassure ses chefs, entraîne ses collaborateurs, stimule ses subordonnés. On l'admire, on le suit, on limite. Le vaste réseau est remis en service en un temps record.

    Sa réputation est faite : à vingt-sept ans Walthère Dewé se voit attribuer par se supérieurs la cote d'un technicien hors pair et d'un fonctionnaire d'élite.

    Ensuite, il va demander à être muté à Liège.

    Comme à Anvers, à la Régie des Téléphones de Liège, le jeune ingénieur gagne rapidement la confiance de ses chefs et l'affection de ses subordonnés.

     

    Cependant, ce serait singulièrement étriquer et travestir cette grande existence que de méconnaître ce qui en a fait toute l'originalité et la beauté à savoir un effort constant d'identification à la vie du Christ. WalthèreDewé a été aimé, estimé, admiré même par les incroyants parce que à l'origine de toute son activité de fonctionnaire, de patriote, d'homme d'oeuvres, il y avait un mobile qui suffisait à grandir le moindre de ses actes à savoir le souci de ressembler à Celui qui fut L'Homme Parfait.

     

     

    XXX

     

    Le texte ci-dessus est constitué de très larges extraits du Livre : « LUMIERES dans la BRUME » écrit par Laurent LOMBARD.

    Dans une ou plusieurs notes ultérieures, nous verrons comment Walthère DEWE a mené une série d'actions d'un courage extraordinaire face à l'ennemi, au cours des deux guerres mondiales, se comportant en HEROS incomparable.

     

     

    A noter qu'un hommage tout spécial sera rendu à Walthère DEWE, incessamment.

    Pour tout renseignements s'adresser d'urgence à M. RENARD, Paul-M ; Pré à la Fontaine 17, 5100 WEPION ; téléphone:081/46 19 27 ---e-mail : pmr0343@skynet.be

    ou à la R.U.S.R.A. --Royale Union des Services de Renseignement et d'Action ; avenue des Parachutistes - BRUXELLES.

  • Un vrai talent oratoire - Le verbe haut et vigoureux.

    Prêtre à Antioche, puis patriarche de Constantinople, saint Jean Chrysostome (vers 349-407) mourut en exil pour avoir dénoncé l'impiété et la corruption de la cour.

    « La distance des lieux peut bien nous séparer, mais la charité nous unira toujours ; la mort même ne saurait briser ce lien puissant . Vous êtes ma famille, comment pourrais-je vous oublier ? Vous êtes ma gloire et ma vie. » L'homme qui s'adresse ainsi avec affection aux chrétiens de Constantinople est leur patriarche Jean. Dans quelques heures, ce pasteur intrépide va être emmené en exil . Son tort ? Avoir irrité l'impératrice Eudoxie et son entourage, en blâmant le luxe et l'avarice, la débauche et la corruption qui règnent à la cour et au sein d'une partie du clergé.

    Il faut dire qu 'à l'instar du prophète Elie et de saint Jean Baptiste, deux figures bibliques qu'il admire, le patriarche Jean a le verbe haut et vigoureux. Comme il est, en outre, doué d'un vrai talent oratoire (ce qui lui vaudra plus tard le surnom de Chrysostome – « bouche d'or » en grec) – ses rappels à l'ordre font mouche. « Votre chien est rassasié, et Jésus-Christ meurt de faim devant vos portes sous la forme d'un mendiant », lance-t-il un jour, choqué par le contraste entre l'indécente opulence des uns et l'inacceptable misère des autres.

    C'est à Antioche, ville où il est né vers l'an 349 et où il a été ordonné prêtre en 386, que Jean s'est révélé comme un prédicateur d'exception. En 397, sa réputation est devenue si grande qu'il est choisi par l'empereur Arcadius pour occuper le siège du Patriarcat de Constantinople, alors capitale de l'Empire romain d'Orient ! Cette nomination prestigieuse ne modifie en rien son attitude. Le nouvel évêque conserve un style de vie simple et austère. Il multiplie les oeuvres de charité. Dan ses homélies, il exhorte ses fidèles à se nourrir de la Parole de Dieu et à se comporter en chrétiens véritables. Son franc-parler déplaît en haut-lieu : en 403, ses ennemis obtiennent d'Arcadius que cet irritant patriarche soit déposé et exilé ;

    Rappelé peu après, l'évêque Jean ose, dès son retour, comparer l'impératrice à une « nouvelle Hérodiade » réclamant la tête du Baptiste ! C'en est trop ! Nouvelle condamnation Nouvel exil. Jean n'y survivra pas. Arcadius et Eudoxie sont bien oubliés aujourd'hui, contrairement à saint JEAN CHRYSOSTOME, Père et Docteur de l'Eglise, très vénéré des orthodoxes, toujours vivant grâce aux nombreux écrits qu'il a laissés.

  • Patrimoine religieux et philosophique de Wallonie.

    Mystère et explication de la théorie des alignements mégalithiques.

     

    La table des sorcières ou « pierre-qui-tourne » de Fauquez se niche au coeur du Bois des Rocs classé en 1916. Cette table confirme la théorie des alignements mégalithiques développée par les frères Brou : la pierre se trouve exactement au sud-ouest d'une autre « pierre-qui-tourne », celle de Braine-l'Alleud, avec une précision telle qu'un observateur placé à cet endroit voit le soleil du 21 juin (solstice d'été) se lever sur le point culminant de cette dernière commune. C'est pourquoi les druides organisent toujours chaque année une célébration à Fauquez. Au départ de la chapelle Saint-Michel, également accessible, venez découvrir ce site insolite.

     

    Rue Maurice Brancart 18, 1460 Virginal-Samme

    SI d'Ittre

     

    Voilà un exemple des sites que l'on pourra découvrir, au cours des Journées du Patrimoine de Wallonie, les 10-11 septembre 2016.

     

    Voir la brochure présentée dans la note précédente ci-dessous .