vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • Sortie de crise ?

     

    Dans une longue interview au journal « L'Echo » des 18 au 20 avril 2009, Willem BUITER, professeur à la London School of Economics, affirme: « La crise vient à peine de commencer. Même la crise bancaire. »

    Il propose le création d'un organe de contrôle international pour les produits financiers semblable à la Food and Drug Administration. Si on veut lancer un produit (bancaire) sur le marché, il faut d'abord le tester pendant des années.

    « Tout ce qui n'a pas été testé au préalable et qui n'a pas été explicitement approuvé doit être interdit »

    Mais ce n'est pas demain qu'on verra un tel organisme de contrôle international. « Il faudrait déjà que l'Europe parvienne à ce que tous ses membres regardent dans la même direction. Mêmele Benelux n'y parvient pas. »

    L'auteur de l'intervew demande au professeur: « Lorsque les premières banques ont commencé à plonger, vous avez dit: « Si, tous ensemble nous prenons des mesures intelligentes, nous serons remis sur pied dans deux ans et demi ». Maintenez-vous ces propos ?

    W. Buiter répond : »Je vois trop peu d'intelligence. Et je crains même avoir sous-estimé la situation à ce moment. Presque toutes les banques internationales sont désormais en faillite d'un certain point de vue. Je ne l'avais pas vu venir. Revenir au niveau de prospérité que nous connaissions avant la crise va prendre des années. Et encore, on fait partie des chanceux . »

    Les pays les plus pauvres accuseront le coup bien davatage. « L'ambition de réduire de moitié la pauvreté et la mortalité infantile d'ici 2020, c'est fini tout ça. Ca c'est le vrai drame de cette crise. »

    Lord Jim

  • Route des crêtes

     

    Les Vosges présentent une ligne de crêtes orientée Nord-Sud. Avant la guerre 1914-1918, elle constituait la frontière entre l'Allemagne et la France. C'est au cours de la « Grande Guerre » que les responsables militaires français ont décidé de tracer une route longeant ladite ligne de faîte. Cette route devait permettre les liaisons, les transmissions indispensables à l'armée française de vallée en vallée.

    La parcourir, c'est découvrir des vues imprenables, des panoramas superbes... C'était notre objectif ce jour là. Mais voilà, après avoir roulé quelques kilomètres nous avons été avertis que la route était barrée. Au-delà, la route était coupée, ensevelie sous la neige. On nous a dit que « le déneigement était en cours ». Cependant nous étions quand même parvenus à proximité du HOHNECK, qui culmine à 1362 m et qui signifie, forcément, « coin élevé ». De ce sommet remarquable, nous avons contemplé un panorama de 360 degrés, donnant sur les Vosges, le Grand Ballon, la plaine d'Alsace et la Forêt-Noire. Justement, le ciel tout bleu favorisait l'exploration des horizons lointains à la jumelle.

    Plus tard, dans une ferme-auberge, où régnait une bonne ambiance, nous nous sommes régalés d'un morceau de tarte aux myrtilles. Un des excellents produits régionaux. A côté duquel on peut citer le fromage de Munster (une localité proche) et les vins blancs d'Alsace bien connus de tout qui aime un peu l'oenologie.

    LORD JIM

  • Jonquilles

     

    En ce moment, en Alsace-Lorraine, le printemps arrive seulement: la végétation accuse quinze jours de retard par rapport à celle de la Belgique. Les bourgeons éclatent ou sont sur le point de le faire. De temps à autre, on aperçoit des arbres entièrement blancs : beaux bouquets de fleurs contrastant avec les autres feuillus ou épicéas. A l'horizon, les pins et sapins typiques de cette région des Vosges colorent de bleu la ligne générale des forêts.

    A l'altitude de 1000 mètres et plus, l'herbe n'a pas encore reverdi et on tombe sur de grands champs encore recouverts de neige, dans laquelle on s'enfonce allègrement, et qui fond très lentement et alimente quantité de ruisselets, sous le beau soleil, le ciel tout bleu et une température de 5 degrés.

    Non loin se situe la source de la Moselle, et coule la Moselotte.

    Aux environs du lac de Gérardmer, en revanche, les prairies sont constellées de milliers et de milliers de jonquilles. Il y en a des masses. Je me demande combien au mètre carré. Et ce week-end des 25 et 26 avril, la ville et les environs vivaient au rythme de la FETE des Jonquilles.

    Lord Jim