vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues alphacentauri UA-35 UA-35
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Une page "people"

     

    Marc Uyttendaele, né le 2 janvier 1961, est indiscutablement un beau Capricorne.

    Si son épouse, Laurette Onkelinx, est, comme je le crois d'après mes observations psycho-morphologiques, native du signe astrrologique du Lion, ils forment un couple qui ira loin...

    L'astrrologie enseigne « qu'un Capricorne et un Lion rivalisent d'ambition, l'un (capricorne) recherchant la puisssance obscure et lointaine, l'autre (lion) visant un résultat proche et spectaculaire; s'ils s'entendent , ils vont loin . »

    En réalité, en ce qui concerne Maître Uyttendaele, il ne lui a pas fallu attendre une quelconque échéance « lointaine » pour atteindre à la notoriété. Aux âmes bien nées...Puisque à 48 ans il est déjà:

    Professeur ordinaire à l'Université libre de Bruxelles;

    Président du Centre de Droit public de l'ULB;

    Avocat au barreau de Bruxelles;

    Essayiste, romancier et chroniqueur, il est spécialisé dans les affaires constitutionnelles belges, etc...excusez du peu ! .....

    Quant à Mme Onkelinx, elle assume des fonctions ministérielles de premier plan, depuis tout un temps déjà. Etre Vice-Première,dame!.....ce n'est pas rien!...

     

    Une autre personnalité me semble avoir le vent en poupe et c'est M. Yves Leterme (natif de la Balance) qui, aux Affaires étrangères devrait être « the right man in the right place », à condition que face aux obstacles, il s'accroche, « turbine sec », soit patient et qu'il puisse discerner les potentialités qui s'offriront à lui.

    Bon vent et bonne chance à tous !

    Lord Jim

  • Le Tour du monde en ballon

     

    Accomplir le tour de la terre en ballon n'est pas une sinécure. Il ne s'agit pas de grimper dans une simple nacelle de montgolfière. Le ballon qui a permis de réussir cet exploit - et de battre divers records dans le monde de l'aérostation - est une « Rozière » - engin très sophistiqué - qui fonctionne grâce à une association de gaz et d'air chaud. Ce principe a été inventé par l'aérostier français du XVIIIe siècle François Pilâtre de ROZIER. Au moment du décollage, la cellule d'hélium n'est que partiellement remplie. A mesure que le ballon s'élève, la chaleur du soleil, alliée à la baisse de pression atmosphérique, provoque une dilatation du gaz. Pour stabiliser leur altitude ou pour descendre, les pilotes évacuent de l'hélium par les soupapes situées au sommet de l'enveloppe. La nuit, pour compenser la perte de portance due au refroidissement, ils brûlent du propane contenu dans le cône à air chaud, ce qui augmente la température de l'hélium.

    Les aérostiers ne peuvent influer sur leur trajectoire qu'en montant ou en descendant, à la recherche des vents soufflant dans la direction qu'ils souhaitent prendre.

    Ce premier tour du monde en ballon a été réalisé en 20 jours, en mars 1999. Les deux pilotes ont pu compter énormément sur l'habileté de leurs experts météo, à Genève, qui leur indiquaient en permanence l'altitude idéale à laquelle trouver les vents qui leur étaient nécessaires.

    Le ballon en question était le BREITLING ORBITER 3 qui emmenait une capsule-cabine fermée n'offrant qu'un espace forcément restreint pour les aérostiers.

    Les vainqueurs de cette équipée sont Bertrand PICCARD et Brian JONES. Le premier est le petit-fils d'Auguste Piccard qui a inventé la cabine pressurisée et le ballon stratosphérique, ainsi que le Bathyscaphe – sous-marin avec lequel Jacques Piccard (père de Bertrand) plongera dans la fosse marine la plus profonde du globe. Actuellement, Bertrand Piccard entreprend la mise au point d'un avion volant uniquement grâce à l'énergie solaire.

    Brian Jones est un ancien de la Royal Air Force, responsable de la production de la capsule et des systèmes de vol au moment où le Breitling était à l'état de projet.

    Les experts météo - sans qui rien n'aurait été possible – étaient Pierre ECKERT et Luc TRULLEMANS.

    Le décollage a eu lieu à Château-d'Oex, en Suisse, le 1er mars 1999. Ensuite l'Orbiter 3 a été dirigé vers le Maroc; il a survolé le Sahara puis le Yémen, Oman et l'Inde. Il avait l'autorisation de pénétrer l'espace aérien chinois uniquement dans un étroit couloir et les pilotes ont dû naviguer avec rigueur pour respecter cette trajectoire limitée. Plus tard, ce fut la désespérante traversée de l'immense et interminable océan Pacifique; des problèmes pour trouver les bons courants aériens

    au Mexique et aux Caraïbes. Et enfin, la traversée de l'Atlantique, dans des courants rapides, et l'atterrissage sur le sol égyptien.

    Ce premier tour du monde en ballon a été bouclé en 19 jours, 21 heures et 55 minutes.

    Le 20e siècle, qui aura débuté par le décollage de l'aviation, avec l'envol d'un avion (plus lourd que l'air): celui des frères Wilbur et Orville WRIGHT, se sera terminé par une prouesse de ce ballon Orbiter 3 - donnant une revanche au « plus léger que l'air. »

    Pour le XXIe siècle on attend de nouvelles réalisations et performances qui seront établiespar un avion révolutionnaire évoluant cette fois grâce à l'énergie de ce bon vieux soleil.

    X

    X X

    Cette « note », ce « papier », ce texte est le 300e de ce blog « Quartier des Palmiers » qui a débuté il y a plus de deux ans : le 13 juillet 2007.

    LORD JIM

  • BASTOGNE

     

    En Post Scriptum à la série Blitzkrieg-Apocalypse, diffusée actuellement sur une chaîne française, il convient de dire que dans le dernier épisode, on a omis de citer le nom du général Anthony C. McAuliffe. Dans Bastogne encerclée, ce héros américain refusa de se rendre et lâcha son fameux « NUTS » (littéralement : « des noix » ou si on veut, « allez vous faire pendre ! « )

    Quant à l'aviation alliée, s'il est vrai qu'elle détenait une supériorité écrasante, il faut souligner que le temps brumeux, un brouillard épais et persistant, de la neige, etc. L'empêcha de voler entre le 17 et le 23 décembre 1944 et que pendant tout le mois de janvier 1945 , les avions alliés n'ont pu agir que 5 jours à peine.

    Bastogne fut quand même ravitaillée par parachutes par les fameux bimoteurs de transport C – 47 « DAKOTA » pendant 6 jours.

    Au cours du seul 26 décembre 1944, les aviations tactiques alliées ont effectué 1900 sorties.

    Elles étaient basée soit à FLORENNES: les « LIGHTNING » P -38 du 370e Fighter Group américain, soit à CHIEVRES: les « THUNDERBOLT » P – 47 des 404e et 365e Fighter Group US, ainsi que les Hawker « TYPHOON » du 164e Fighter Squadron britannique.

    Lord Jim