vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues alphacentauri UA-35 UA-35
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • Atlantique Sud (épilogue historique)

     

    • Le 15 octobre 1927, Dieudonné Costes et Joseph Le Brix reliaient Saint-Louis du Sénégal à Natal (Nord du Brésil). C'était la première traversée de l'Atlantique Sud sans escale par un avion terrestre.

    • Le 12 mai 1930, Mermoz, Dabry et Gimié, à bord de l'hydravion « Comte de la Vaulx » effectuaient le premier transport de courrier au-dessus de l'Atlantique Sud en 20 heures.

    • Jusqu'aux environs de l'an 2000, le supersonique civil (franco-anglais) « Concorde » reliait l'Europe occidentale (Paris, Londres) à l'Amérique du Sud en 3 heures.

    LORD JIM

  • ATLANTIQUE SUD (épilogue)

     

    A Toulouse, l'hôtel « Le grand Balcon » constitue le repaire des camarades de l' Aéropostale. Pilotes et mécanos de la Ligne ressentent profondément l'amertume des deux pionniers désemparés. Ils s'efforcent de les réconforter. On échange des cigarettes. Un pilote fait des tours de cartes et de prestidigitation. Un mécano joue de la guitare, un autre l'accompagne à l'harmonica.

    • « Tiens, voilà Valmont, un ancien pilote de la treizième escadre de bombardement ».

    Valmont se tourrne vers Geoffroy: « Mes respects mon capitaine ! Rien n'est perdu et surtout pas l'honneur ! »

    Le vin coule. Certains plaisantent. Parlent de femmes rencontrées à Paris ou à Toulouse. De cette mulâtresse de toute beauté aperçue en A.O.F. (Afrique Occidentale Française). D'autres évoquent des souvenirs.

    On a écrit que la « Ligne » était comme une « religion ». Les aviateurs pratiquaient un métier plein de risques et très dangereux. Ils bravaient le brouillard, la neige, la montagne, les tempêtes, le désert...Au service du courrier et de la ponctualité des liaisons, ils se retrouvaient comme des frères

    sous la férule d'un chef exigeant. Plus de cent hommes sont morts pour la seule Ligne Aéropostale (dont naîtra la future AIR FRANCE). Il est authentique que d'aucuns ont sacrifié leur vie pour sauver leurs passagers.

    Mais tout d'un coup, le silence succède au brouhaha. La musique s'arrête. Les hommes se lèvent tous respectueusement. C'est tout juste si quelqu'un n'a pas crié : « Garde à vous !! », comme à l'arrivée d'un officier dans une chambrée.

    « Monsieur Chabot » vient d'entrer. Sobrement, il fait signe aux gens de s'asseoir et lisse un peu sa moustache.

    « - Messieurs, dit-il sur un ton magistral, même si pour le moment, l'Atlantique reste un obstacle infranchissable pour le transport du courrier par la voie des airs, la Ligne n'en demeure pas moins une réalité. Nous le prouvons chaque jour par nos activités et même nos prouesses sur son parcours africain. »

    Il déroule alors une grande carte de l'Amérique du Sud et la fixe au mur.

    « Je vous annonce que, provisoirement, les sacs postaux seront acheminés à travers l'océan par des AVISOS (petits navires de haute mer). A leur arrivée au Brésil, ils seront transbordés sur nos avions et poursuivront leur route vers Rio de Janeiro, Buenos-Aires, Asuncion et même, au-delà des Andes, vers Santiego du Chili. Le tracé de la Ligne est appelé à s'allonger considérablement.

    « Nous allons disposer d'avions plus modernes avec lesquels nous pourrons nous élancer à l'assaut des grands espaces de l'Amérique de Sud et de sa formidable cordillière.

    « Nous ne devons à aucun moment baisser la garde et perdre de vue que nous sommes en lice avec des concurrents redoutables, poursuit Chabot.

    « Les Allemands d'abord, avec leurs remarquables hydravions et leurs dirigeables rigides – une technique où ils sont passés maîtres.

    « Les Américains ensuite, pour lesquels, toute l'Amérique latine reste une « chasse gardée ».

    La fin de ce discours est saluée par une ovation, des applaudissements nourris.

    Puis, Chabot s'adresse en particulier à Lionel et Geoffroy et leur propose de les engager en Amérique du Sud.

    Tous deux commencent par se rebiffer: nous sommes des hommes de grand raid, pas des escalves de la routine.

    Chabot s'efforce de les persuader d'accepter son offre. Le franchissement des Andes nécessite des équipages qualifiés, entraînés, expérimentés et hardis.

    Finalement, les deux compagnons se sentent concernés, motivés même: un « boulot » passionnant les attend.

    Entre-temps, les conversations ont repris. De petits groupes se sont formés.

    Très entouré, Chabot fournit des explications.

    « Pour la traversée de l'Atlantique, des hydravions existent à l'état de projet. Et on parle beaucoup du prototype de l' »Arc-en-Ciel, un trimoteur terrestre aux lignes superbes et aux performances étonnantes... »

    Mais que se passe-t-il encore ? Une des dames du Grand Balcon apporte en hâte un télégramme destiné à Geoffroy. Celui-ci le lit avec avidité : « Heureuse te savoir en bonne santé - Ai accouché d'un fils – Tout va bien – Mille baisers ! Françoise ».

    Très fier, Geoffroy se voit félicité et complimenté par tout un chacun. On chante et on trinque de plus belle à la santé du nouveau papa.

    Soudain, Lionel croit rêver. Une svelte silhouette a franchi le seuil du « Grand Balcon ». Cette femme... Mais oui, c'est Michèle ! Elle l'embrasse longuement, tendrement.

    « Michèle, veux-tu être la femme de ma vie ? « 

    Elle avait dans le visage une étrange noblesse, empreinte de gravité. Elle le prit à l'écart, l'étreignit, l'embrassa passionnément, l'enveloppa dans ses bras...

    « C'EST POUR TOUJOURS !!! répondit-elle.

    LORD JIM

  • arnaques à l'électroménager

     

    A voir, à ne pas manquer l'émission « ENVOYE SPECIAL » du jeudi 18 février 2010, intitulée: « TV, hi-fi, électroménager... le grand bluff » qu'on peut revoir sur WWW.FRANCE 2.fr . Elle dénonce et dissèque les arnaques dont se rendent coupables les vendeurs, réparateurs, concepteurs, etc.... d'appareils électroménagers, y compris de grandes marques françaises et européennes.

    Réparations de pannes, devis payants, faux diagnostics, pièces rendues indisponibles, mauvaises réparations, dépannages hors de prix, etc....etc... Le client est trompé, grugé, roulé dans la farine; il est devenu une proie. Des briefing instruisent les candidats vendeurs à piéger le client, à l'impressionner, à mentir sans vergogne. C'est fait sans scrupule et avec un cynisme écoeurant. Emission qui constitue un morceau de choix dans la défense du consommateur. Merci à Françoise Joly et Guilaine Chenu, animatrices de « Envoyé Spécial », émission visible les jeudis sur France 2, à 20 h 35. Et on peut revoir l'émission n'importe quand sur le net: WWW. FRANCE 2.fr envoyé spécial.

    LORD JIM