vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues alphacentauri UA-35 UA-35
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • Ecartelés sous le soleil (16)

     

     

     

    La Résistance s'organise

    Dès le début1941,des groupes de résistants se forment à Oran, à Alger...et gardent le contact.

    Dans la clandestinité apparaissent des noms: deux monarchistes Henri d'Astier de la Vigerie et Jacques Rigault; un diplomate:Tarbé de Saint-Hardouin; l'industriel Roger Carcassonne; Jean Lemaigre-Dubreuil, directeur de la sociétédes huiles Lesieur; le colonel Van Hecke, chef des Chantiers de jeunesse d'Afrique française du Nord; mais aussi des gens de toutes origines et de toutes convictions politiques.

    Ces résistants – prêts à aider les Américains – entrent en relation avec les généraux Mast, Béthouart et Montsabert de l'armée en Afrique du Nord.

    On parle à tort d'un certain « Groupe des Cinq ». D'après l'historienne Christine Levisse-Touzé (« L'Afrique du Nord dans la guerre 1939-1945 » - Editions Albin Michel 1998 »), « Le terme couramment usité de « groupe des cinq » est impropre . L'organisation n'a jamais porté ce nom pendant la guerre » (...) « Cette appellation, postérieure à 1945, avait pour but de définir ces hommes et ces femmes qui avaient décidé d'aider les Alliés . »

    De leur côté, les Américains ont pris contact avec la Résistance pour préparer l'opération « TORCH » (débarquement en Afrique du Nord). Leur intermédiaire sur place est Robert MURPHY.

     

    LORD JIM

  • Ecartelés sous le soleil (15)

     

     

     

    Nouvelle historique --- Suite

     

    Le 22 juin 1941, Hitler ordonne le démarrage de l'opération « BARBAROSSA ». L'Allemagne part à la conquête de l'Europe orientale et de l'immense Union Soviétique.

     

    LE LEVANT

     

    Pendant ce temps-là, entre mai et juillet 1941, l'aviation de Vichy déploiera une intense activité au Moyen-Orient.

    Le 1er avril 1941, un putsch a lieu en Irak (pays sous tutelle partielle de la Grande-Bretagne), qui renverse le régent. Les comploteurs envisagent d'appeler l'Allemagne à leur aide au cas où la situation ne tournerait pas à leur avantage.

    Dans le camp britannique on est très inquiet: l'Irak s'avérant à la fois une place stratégique de premier plan et un point névralgique pour le ravitaillement en hydrocarbures.

    Et de fait, les bases aériennes britanniques sont bombardées par les avions irakiens.

    Les Allemands étant en pleine action en Grèce n'interviennent pas tout de suite. Mais dès que la chose est possible, ils acheminent des dizaines d'avions en renfort à Mossoul. Et ici, les Français du Levant (protectorats du Liban et de Syrie) leur facilitent la tâche en acceptant que ces appareils allemands fassent escale à Alep, Damas et Palmyre. C'est la concrétisation des Protocoles signés à Paris en mai. Est-ce de la coopération ou de la collaboration ???

    En tous cas, ces accords constituent un véritable danger pour les Alliés (Anglais et Gaullistes). Ceux-ci décident d'envahir le Liban et la Syrie. Une offensive terrestre générale débute le 8 juin 1941. Quatre colonnes venant de Palestine et de Transjordanie remontent vers le Nord.

    Cette fois-ci, ce sont les Français du Levant qui demandent des secours. Des chasseurs et bombardiers de l'aviation de Vichy partant d'Algérie et de France gagnent la Syrie via l'Italie (Brindisi) et Athènes-Eleusis (occupée par l'Allemagne).

    Renaud, faisant partie du Groupe de Chasse III/6 , se trouve parmi eux, bien décidé à en découdre.

    Les 13 et 14 juin, ce groupe remporte plusieurs victoires. Renaud, aux commandes de son Dewoitine D. 520 - sur lequel on a peint la bande tricolore réservée aux as - abat successivement un « Hurricane » et un « Gladiator ».

    Mais les Britanniques entrent à Damas le 21 juin. Le 22, ils investissent Palmyre qui capitule le 3 juillet.

    Le 8 juillet est instaurée une suspension d'armes.

    Ainsi se termine une campagne marquée encore davantage par le divorce qui sépare Gaullistes et Vichystes. Toute guerre est fraticide. Des frères sont écartelés violemment sous le soleil.

    LORD JIM

  • Ecartelés sous le soleil (14)

     

     

     

    Chronique historique ------ suite

     

     

    L'amiral Darlan, l'ambigu

     

    Le 24 octobre 1940, Pétain rencontre Hitler à Montoire et lui promet une politique de collaboration avec l'Allemagne – une collaboration économique, sans aspect, sans volet militaire.

    Churchill redoute que la France ne s'allie à l'Axe pour combattre la Grande-Bretagne.

    Darlan, « l'Amiral de la Flotte » a un comportement souvent très ambigu. Sur le plan international, ses vues sont d'abord neutres. Mais quand le 9 février 1941, il devient vice-président du Conseil - autrement dit qu'il accède à la direction des affaires de l'Etat - ses positions par rapport à Montoire évoluent.

    Le 14 mai 1941, après une visite chez Hitler, il évoque une collaboration élargie. La grande négociation entrevue par Darlan débouche d'abord sur la signature des accords – appelés « PROTOCOLES de PARIS ». Les deux premiers documents concernent les affaires d'Irak (L'Allemagne - la Luftwaffe en particulier – y soutient une révolte après un coup d'Etat); les problèmes de Syrie et d'Afrique du Nord; le 3e protocole vis e l'installation d'une base de sous-marins à Dakar, ayant pour objectif l'attaque de navires britanniques dans l'Atlantique.

    Ces protocoles ne seront cependant appliqués que très partiellement. Et la « grande négociation » entrevue par Darlan se soldera sur un échec complet.

    Sur le plan des opérations, il convient de noter qu'en ce mois de mai 1941, l'armée et la marine britanniques subissent de graves revers en Grèce - qu'ils doivent fuir - et en Crète.

    A suivre

    LORD JIM