vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues alphacentauri UA-35 UA-35
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • Rester Chrétien (I)

     

     

     

    Jeunesse et vocation

     

    Né en 1936, dans une famille chrétienne, catholique, « pieuse sans être bigote », Mgr Joseph Doré – futur archevêque de Strasbourg - a passé son enfance au bourg du Grand -Auverné (région de Nantes). Il a fait des études à Ancenis, où il était pensionnaire. Dès l'école primaire, son instituteur avait décelé chez lui le goût de l'étude.

    Après son séjour au collège, il entre au séminaire de Nantes.

    De l'été 1957 à l'hiver 1960, il effectue son service militaire, dont environ 15 mois en Algérie plongée en pleine sale guerre coloniale. Pour ne pas risquer d'être amené à pratiquer la torture, il refuse de s'enrôler dans les EOR (Ecoles d'officiers de réserve). Lors de ce service en Algérie, il tombe très gravement malade. Il devra désormais tenir compte des exigences de son corps.

    En restant célibataire, il renonce au compagnonnage d'une épouse, au plaisir charnel et à la tendresse.

    S'il accède au sous-diaconat puis au diaconat, c'est pour répondre à un appel: l'Eglise a besoin de lui parce que le monde, les gens ont besoin de sens et que – il en a alors la ferme conviction – la foi en propose un.7

    Le 21 décembre 1961, juste avant Noël, il est ordonné prêtre et on lui offre de devenir sulpicien. Honneur qu'il accepte: il entre donc dans la Compagnie de Saint-Sulpice, dont la vocation est de former des prêtres.

    C'est l'époque qui suit le pontificat de Pie XII, mort le 9 octobre 1958.

    C'st aussi l'époque où la nouvelle théologie, principalement française, subit de la part de Rome des condamnations et des interdictions sévères: les pères Congar, Chenu, Lubac, Teilhard de Chardin et Bouillard sont concernés.

    « J'ai pour ma part, affirme J. Doré, affronté les questions qui se posaient à l'Eglise et à la société, les questions que la société posait à l'Eglise, et aussi les questions que l'Eglise est en droit de poser à la société. C'est le travail que je me suis efforcé de faire comme théologien, puis comme évèque. Et ce fut une aventure extraordinaire ».

     

    Le Concile Vatican II

     

    A l'automne 1962 commence le Concile de Vatican II. Joseph Doré arrive à Paris. Il travaille beaucoup et il est prêt à mettre les bouchées doubles pour son doctorat. Mais on l'envoie à Rome et il aura un « strapontin » au Concile. Il y verra les deux mille cinq cents évèques du monde entier s'installer sur les gradins dressés dans la basilique Saint-Pierre. Et sera très ému. « C'était une chance incroyable. L'Eglise réfléchissait sur elle-même, sur son ouverture au monde, sur la façon dont elle devait faire entendre le trésor que Dieu lui a con fié ».

    Trois ans plus tard, en 1965, le Concile s'achève et J. Doré termine sa formation théorique.

    En septembre 1971, il sera appelé au Séminaire des Carmes, le Séminaire de l'Institut catholique de Paris, pas loin de Saint-Germain-des-Prés, de la Sorbonne, bref, en plein coeur de la vie intellectuelle parisienne. On y écoute Louis Althusser, Jacques Lacan, Michel Foucault, Jacques Derrida, Roland Barthes, etc.

    Le père J. Doré – qui a beaucoup de loisirs – décide d'écouter les séminaristes, de leur ouvrir sa porte au sens propre. On est trois ans après la révolte de 1968; les séminaristes représentent des tendances politiques diverses. Les mentalités ont beaucoup évolué.

    D'autre part, il va voir ce qui se passe dans la pensée contemporaine, en philosophie et dans les sciences humaines.

    « Je suis chrétien aujourd'ui, écrit – il, parce que j'ai parcouru plusieurs des chemins qu'empruntaient les questionnements humains de mon environnement intellectuel, et parce que j'ai considéré « in fine » que la proposition chrétienne tenait la route et la tient toujours ».

    LORD JIM

  • Réunion de prestigieux physiciens

     

    Importance de la recherche fondamentale – « The Theory of the Quantum World ».-

    Peut-être avez-vous vu cette photo célèbre, groupant les 25 meilleurs scientifiques de l'époque, où l'on reconnaît Max Planck, Marie Curie et Albert Einstein ? Ces savants – dont plus de la moitié avaient eu ou se verraient décerner le prix Nobel de physique - étaient rassemblés en 1911, à l'hôtel Métropole, à Bruxelles, à l'initiative d'Ernest Solvay, un des piliers de l'industrie belge.

    Le centenaire de ce prestigieux conseil de physique sera fêté en octrobre 2011, à Bruxelles.

    Le 18 octobre aura lieu une séance académique avec de nombreux prix Nobel ainsi que des industriels de grand format: Gérard Mestrallet (Suez), Craig Mundie (chief research and strategy chez Microsoft) ou Shoichiro Toyoda (ancien président de Toyota). Son objet concernera l'importance de la recherche fondamentale et son impact sur les progrès de la société. Le Roi Albert II y assistera.

    Un conseil de physique exceptionnel sera organisé, du 19 au 22 octobre, à l'hôtel Métropole, qui étudiera « The Theory of the Quantum World ».

    D'autre part, d'octobre à décembre, au palais des Académies, sera aménagée une exposition sur la mécanique quantique et l'histoire des Instituts.

    Le grand public pourra assister à une conférence et poser des questions à trois Prix Nobel: cette réunion sera centrée sur la vulgarisation de la science et les exposés concerneront les grandes questions de la physique actuelle. Elle se tiendra le 23 octobre, à 15 heures, à Flagey.

    L.J.

  • Réunion de prestigieux physiciens

     

    Importance de la recherche fondamentale – « The Theory of the Quantum World ».-

    Peut-être avez-vous vu cette photo célèbre, groupant les 25 meilleurs scientifiques de l'époque, où l'on reconnaît Max Planck, Marie Curie et Albert Einstein ? Ces savants – dont plus de la moitié avaient eu ou se verraient décerner le prix Nobel de physique - étaient rassemblés en 1911, à l'hôtel Métropole, à Bruxelles, à l'initiative d'Ernest Solvay, un des piliers de l'industrie belge.

    Le centenaire de ce prestigieux conseil de physique sera fêté en octrobre 2011, à Bruxelles.

    Le 18 octobre aura lieu une séance académique avec de nombreux prix Nobel ainsi que des industriels de grand format: Gérard Mestrallet (Suez), Craig Mundie (chief research and strategy chez Microsoft) ou Shoichiro Toyoda (ancien président de Toyota). Son objet concernera l'importance de la recherche fondamentale et son impact sur les progrès de la société. Le Roi Albert II y assistera.

    Un conseil de physique exceptionnel sera organisé, du 19 au 22 octobre, à l'hôtel Métropole, qui étudiera « The Theory of the Quantum World ».

    D'autre part, d'octobre à décembre, au palais des Académies, sera aménagée une exposition sur la mécanique quantique et l'histoire des Instituts.

    Le grand public pourra assister à une conférence et poser des questions à trois Prix Nobel: cette réunion sera centrée sur la vulgarisation de la science et les exposés concerneront les grandes questions de la physique actuelle. Elle se tiendra le 23 octobre, à 15 heures, à Flagey.

    L.J.