vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • "INDECENCE", vers un sursaut bénéfique pour ce XXIe siècle

     

    Sur fond de dérèglements environnementaux et de maladies du siècle, l'indécence s'est invitée dans toute la culture occidentale. En quelques décennies, aux valeurs qui structuraient la personne et la vie sociale ont succédé l'individualisme outrancier, la rentabilité et la jouissance immédiate. L'homme contemporain, mondialisé, prisonnier de ses propres technologies, enfermé dans un présent stérile, hors de l'Histoire, n'est plus en mesure de se rendre compte de l'état du monde qu'il laisse aux générations futures.

    Dans cet essai prophétique, Willy Deweert dénonce sans concession les graves dysfonctionnements de la société dans les secteurs-clés de l'économie, de la politique, de l'enseignement, de la religion, des médias, du sport et de l'informatique. IL est urgent de prendre conscience du désastre annoncé. L'auteur va plus loin. IL ne suffit plus de s'indigner, il faut agir. Comment ? C'est l'objet de ce livre.

    Willy Deweert ose le pari que le choc qu'il provoquera sera thérapeutique et contribuera, notamment chez les jeunes, à un sursaut d'énergie et de prise en main de son destin, chacun individuellement. Ce vouloir-vivre nouveau passera aussi par la mise en chantier d'investissements massifs dans l'éducation.

     

    Homme de lettres et ancien professeur de rhétorique au Collège Saint-Michel à Bruxelles, Willy Deweert est l'auteur notamment des « Allumettes de la sacristie » (DDB) et du « Manuscrit de Sainte Catherine » (DDB/Mols). Il est l'inventeurdu thriller mystique.

     

    « INDECENCE », essai, par Willy Deweert; desclée de brouwer/ éditions Mols; 170 pp.; 18,50 EUR

  • Une femme de volonté

     

    Emilie d'Oultremont voit le jour à Liège en 1808, dans une grande famille aristocratique de Belgique.Une bonne éducation fait d'elle une femme de volonté et une écuyère accomplie. En 1837, elle épouse le baron de Hooghvorst, qui lui donne quatre enfants, mais il meurt en 1846. Elle reste solide dans son veuvage car elle a une vie spirituelle intense, grâce aux pères jésuites, qui lui ont fait connaître la spiritualité réparatrice du Sacré-Coeur. Le devoir d'état domine sa nouvelle vie: veiller sur ses parents et élever ses enfants. Ses parents disparus, ellechange de vie en 1854 et s'installe à Paris. Elle veut fonder une nouvelle congrégation en réparation des outrages commis envers le Saint-Sacrement. Quelques compagnes se réunissent en 1855 avec l'aide des jésuites. Ses garçons se sont mariés, mais ses filles se joignent à son projet. Elle peut se consacrer à Dieu et prend le nom de Marie de Jésus. La société de Marie-Réparatrice se veut contemplative et active dans l'éducation et les retraites. Hélas ! Marie de Jésus voit mourir ses deux filles. Sans rien changer à sa vie, elle éprouve jusqu'au bout le sentiment d'être délaissée de Dieu. Elle meurt à Florence en 1878.

    La société de Marie-Réparatrice s'est répandue dans plusieurs continents.

  • AGNUS DEI

     

    Dans les courants de pensée actuelle, il y a beaucoup à redresser.

    Je ne puis plus supporter qu'on affirme tout de go «  - Dieu s'est suicidé «  (sic).

    Il est exact que s'Il l'avait souhaité, Jésus aurait pu s'entourer d'une légion d'anges armés de pied en cap qui auraient taillé en pièces quiconque aurait voulu l'arrêter.

    Mais, à ceux qui sont venus à Lui avec des bâtons, Il n'a opposé aucune résistance.

    Au contraire, à Pierre qui avait une épée, Il a dit: « - Range ton arme. Celui qui manie l'épée périra par l'épée « .

    Mais plus tard, QUI a hurlé, a fait pression sur Pilate: « Crucifie-le ! Crucifie- le ! Son sang retombe sur nous et sur nos enfants !!! » ?

    Jésus s'est offert en victime pure, innocente, en Agneau de Dieu.Il a subi volontairement sa Passion jusqu'au bout. Il a bu le calice jusquà la lie.

    Ce n'est pas une fuite, un suicide.

    Il s'agit d'une énorme, d'une infinie somme de souffrances et d'humilité pour le rachat de l'humanité.

    A la face de certains - style Michel Onfray - je dirais : un Déicide avec préméditation !...

    LORD JIM