vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • Une expérience intéressante et originale.

    Charleroi, un samedi midi. Le premier du mois. Face aux maraîchers qui remballent leurs échoppes, une troupe bigarrée, armée de petits couteaux, s'affaire joyeusement autour de fruits et de légumes, jetés en pagaille dans des plats. Au menu : une soupe et un dessert. Le chef coq ? Little Shiva, Américaine carolo d'adoption, designer freelance jamais à court d'idées.

    C'est elle qui a lancé cette rencontre mensuelle, qui réunit artistes et SDF, travailleurs sociaux et jeunes militants en recherche d'emploi. « Lors de l'opération « Un peu de chaleur », une fête associative organisée cet été, j'ai été attirée par des gens qui débarquaient avec des caddies remplies et se sont mis à éplucher, couper dans tous les sens . » Un groupe de « dégustation de bon sens «  de Namur, Bruxelles et Louvain-la-Neuve en pleine démonstration. Le concept : à la fin du marché, on récolte les invendus, les rebuts encore potables, et, ensemble, on prépare un repas qu'on déguste ensuite. « J'ai dit à un type : on devrait faire ça à Charleroi. Il m'a répondu : fais-le ! »

    Moins de trois semaines plus tard, elle lance un ballon d'essai, après avoir remodelé le concept « à la carolo », sans chichis. « J'ai fouillé pour trouver une expression wallonne et « co une rawette » s'est imposé.

    Une dizaine de personnes se retrouvent en terrasse du petit café-brasserie « Toute une histoire », qui leur prête aussi ses cuisines. « Les patrons, Olivier et Rita, ont répondu oui tout de suite ! «  La sauce prend, l'expérience se répète. Les maraîchers répondent présents aussi, d'autres s'y ajoutent et donnent beaucoup plus que leurs « déchets ». Quand le froid s'installe, les artistes-cafetiers invitent les bénévoles et leurs « hôtes » à occuper l'étage.

    « Au début, on devait un peu faire le tour des rues, pour inciter les gens à venir. Maintenant, il y a des familles, des sans-abris...On cuisine en papotant, on mange, on fait la fête. Parfois des particuliers apportent quelque chose en plus (du pain, des galettes...). Un jeune est venu avec sa guitare et on a même dansé ! «  Les clés de la réussite ? « C'est simple, amusant, chaleureux et il y a un grand respect. C'est presque comme une soupe populaire, mais ça ne fait pas pauvre . » Little Shiva et « Co une Rawette » viennent de recevoir le Prix « Dans ma rue » de la Fondation Roi Baudouin. De quoi investir dans un peu de matériel : bois, ustensiles...

     

    Article de Annelise DETOURNAY

    in « L'APPEL » Le magazine chrétien de l'événement,

    numéro 363 de janvier 2014

     

    Sur Facebook : Co une Rawette

  • Nous délivrer du mal.

    Chaque année, le jour de Noël, je suis frappé par le passage du sermon du pape Léon le Grand (440-461) : »Chrétien, prends conscience de ta dignité ». Contempler Jésus dans une mangeoire, c'est adorer le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles, et c'est accueillir Celui qui, par l'Esprit Saint, a pris chair de la Vierge Marie et s'est fait homme (...)

    Le Fils de Dieu qui devient l'un d'entre nous est le Sauveur. Il est capable de nous délivrer du mal, du péché, de la mort et de nous donner la vie bienheureuse qui n'a pas de fin. Je rends grâce au Sauveur de se manifester au cours du temps de Noël. Je demande au Sauveur de venir habiter chez tous ceux qui attendent le Prince de la Paix, au Proche-Orient, en Afrique centrale et ailleurs. Merci à tous les artisans de paix. Je demande au Sauveur de délivrer de toute forme de souffrance ceux qui passent par l'épreuve de la maladie et de la mort. Merci au monde soignant qui accompagne ces personnes. Je demande au Sauveur de combler tous les êtres humains blessés par toutes les formes de pauvreté. Merci à tous ceux qui partagent avec eux. Je demande au Sauveur de libérer tous les pécheurs qui ont un poids tellement immense sur la conscience qu'ils estiment qu'il n'y a plus rien à attendre de la vie. Merci à tous ceux qui écoutent ces personnes et qui ouvrent avec elles de nouveaux chemins.

     

    Message de Noël 2013 de Monseigneur HARPIGNY, évêque de Tournai.

  • "La paix est une fleur délicate"

    La paix est une fleur délicate,

    Elle se sème et se cultive dans le jardin de tout un chacun,

    Et des peuples qui se veulent frères.

     

    Car tu ne la fais pas sans nous, Seigneur,

    sans coeurs qui s'ouvrent les uns aux autres,

    sans mains qui se tendent les unes vers les autres.

    La Paix, ça se demande et ça s'obtient,

    ça se prépare et ça vient,

    après bien des luttes onéreuses et des réconciliations laborieuses.

     

    Après des siècles de fer et de sang,

    elle est venue cette paix entre l'Allemagne et la France.

    Donne -nous de croire que la paix peut advenir dans les pays en guerre,

    Donne-nous de croire que la réconciliation peut jaillir des terres qui se sont déchirées,

    comme elle grandit aujourd'hui en Afrique du Sud, et malgré les larmes et le sang,

    en Israël et en Palestine

     

    Car la Paix c'est comme l'enfant de Noël,

    c'est fragile, si fragile qu'il faut la demander et la redemander,

    la faire et la refaire sans cesse,

    et devenir ainsi artisans de paix,

    en payant le même prix que le Prince de la Paix.

     

    AMEN

     

     

    Monseigneur Jacques Delaporte (1926-1999) – Archevêque de Cambrai)