vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues alphacentauri UA-35 UA-35
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • DANS LE VENT DES HELICES (2): PRECISIONS.

    A l'attention des spotters et philatélistes.

     

    Dans la note précédente intitulée « dans le vent des hélices » (voir ci-dessous) et à propos des trimoteurs Renard, nous vous prions de noter que, chronologiquement, le premier appareil, le R 30, a été construit entre 1929 et 1931.

    L'appareil à cabine pressurisée est le R 35 de 1938. C'est cet avion-là que représente le timbre de bpost. Il se caractérise par des hublots ronds et relativement plus petits, répondant techniquement mieux aux nécessités du premier avion « stratosphérique », à cabine pressurisée.

     

    La 12.

     

    Quant à la célèbre locomotive 12 « La Douce » - elle a fait l'objet d'une émission philatélique : un feuillet « Le monde du Train » qui présente le magnifique dessin de François Schuiten.

     

     

    L.J.

  • DANS LE VENT DES HELICES...

    De merveilleuses machines volantes

     

    Bpost va émettre prochainement une série de timbres-poste consacrés à des avions anciens.

    Parmi eux figure un remarquable trimoteur belge : le RENARD R 30 de 1938. Celui-ci est le premier prototype européen d'avion commercial à cabine pressurisée (« stratosphérique »).

    Lors du décollage de cet avion trimoteur, Alfred Renard avait déjà conçu et construit toute une gamme d'appareils, une lignée d'avions bien belges.

     

    C'est du BELGE !

     

    Pionnier de l'industrie aéronautique en Belgique, Alfred Renard, ingénieur civil des constructions et ingénieur en aéronautique de l'ULB, est né à Anderlecht, le 21 avril 1895.

    Avec le professeur Emile Allard, il crée le premier avion monoplan belge entièrement métallique (premier vol en juin 1924).

    C'est à A. Renard que l'on doit aussi l'avion d'école et de tourisme R.S.V. (datant de 1923) pour la société STAMPE et VERTONGEN – fondée précisément le 17 octobre de cette année 1923 à Deurne (Anvers).

    En 1927, l'avionneur lance « L'Epervier », prototype d'avion de chasse.

    Les deux années suivantes il imagine et met au point le R16 (avion de tourisme) et le R 17 (transport de marchandises)

     

    Va pour un trimoteur !

     

    Comme il ne recule décidément devant rien, il s'attaque, entre 1929 et 1931, à la construction du R 30, un trimoteur pour le transport de passagers ou de 780 kg de charge, conformément à un programme du gouvernement belge pour le Congo.

    Enfin, le biplan SV4 (Stampe et Vertongen), qui a décollé pour la première fois, le 17 mai 1933, piloté par Jean Stampe lui-même – deviendra , avec sa version modifiée, le SV4 B, le fleuron, le plus fameux des avions de construction belge. C'est un biplan qui sera un maître atout en matière de voltige.

    En 1945, il sera commandé par le ministère français de l'Air, à raison de 850 exemplaires.

    Puis par la jeune Force aérienne belge, qui en achètera 65 exemplaires.

     

    Les biplans (et les planeurs qu'ils remorquent parfois) sont un peu au monde aérien ce que le voilier de plaisance est à la sphère océane.

     

    Créativité belge.

     

    La Belgique a produit, dans l'entre-deux guerres, de splendides locomotives à vapeur, notamment « La 12 », au beau profilage aérodynamique de l'époque. Notre pays a aussi créé de très élégantes voitures automobiles (MINERVA, IMPERIA, etc.).

    Il est bon de rappeler ou de découvrir que le ciel belge n'était pas vide et que des avions de tous types y ont inscrit de glorieuses pages de l'Histoire de l'Aviation.

    Les Belges auraient pu faire mieux encore s'ils avaient été soutenus par leurs responsables politiques.

    A l'approche de la Seconde Guerre mondiale, un prototype d'avion de chasse belge a vu le jour qui, qualitativement, se situait entre le Hawker « Hurricane » et le Vickers Supermarine « Spitfire » - des appareils racés qui ont fait leurs preuves en remportant la Bataille d'Angleterre.

    Pourquoi n'avons-nous pas été plus loin et plus vite ? Ni la matière grise, ni l'expertise, ni la technique ne manquaient !

    Mais voilà, on subissait le menaçant, l'inquiétant climat de la « drôle de guerre ». Et ceci, comme disait Rudyard Kipling, est une autre histoire...

    LORD JIM

  • Propos pertinents d'un Européen motivé.

    « Les institutions de l'Union (européenne) ne sont plus adaptées au monde de demain. Parce qu'il n'est pas dirigé par des Etats nations. La Chine n'est pas un Etat nation, c'est une civilisation. L'Inde n'est pas une nation, ce sont deux mille nations, deux milles ethnies, vingt langues et quatre religions. Voilà les concurrents de l'Europe », argumente M. Verhofstadt.

    Il est donc plus que temps, répète-t-il, de créer « les Etats-Unis d'Europe » - le titre d'un de ses ouvrages. Aux sceptiques, il rétorque que si les Américains ont appliqué la recette fédérale, pour quoi pas l'Europe ? Et à ceux qui pensent que le fédéralisme est le mauvais chemin à prendre, l'ex-Numero Uno répond que les Etats-Unis sont aujourd'hui la première puissance mondiale.

     

    1. Verhofstadt est eurodéputé libéral belge. Il publie un nouveau livre : « Le mal européen », Guy Verhofstadt, Ed. Plon, 435 pp., env. 17 EUR.

     

    (Voir article dans « La Libre » du mercredi 25 mai 2016 ; pp16 et 17)