vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues alphacentauri UA-35 UA-35
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • Plaidoyer pour la RECHERCHE FONDAMENTALE.

    On se rappellera d'abord l'histoire de cette trouvaille : le grand mathématicien français Poincaré avait mis au point, fin du 19e siècle ou début du 20e, une formule qui ne servait absolument à rien. Aujourd'hui, elle est indispensable pour la fabrication des airbags des voitures.

    Pourquoi chercher ?

    Actuellement, le professeur René REZSOHAZY, de l'UCL, fait encore plus fort.

    Dans « La Libre » de ce 29 juin, il affirme :

    « Par essence, l'activité du chercheur, c'est d'oeuvrer pour le patrimoine de l'humanité. On peut breveter des inventions – elles appartiennent alors à quelqu'un -, mais les découvertes, elles ne sont pas brevetables, elles appartiennent à l'humanité. Ce patrimoine est indispensable à la formation, er ça, il faut absolument le faire comprendre aux gens, y compris à certains décideurs politiques – la recherche la plus fondamentale et qui peut paraître complètement absconse et absurde, alimente aussi le service à la société, le développement socio-économique. »

    Le professeur évoque le travail de son collègue Thierry Hance, qui étudiait le comportement des acariens. « On peut se dire :  « mais c'est idiot, qu'est-ce qu'on s'en fout ». Hé bien pas du tout. En ayant étudié leur communication chimique, il a trouvé les molécules qui permettent d'attirer les acariens. L'étape suivante, c'était de faire des couvertures imprégnées de ces molécules ; el la mettant sur un matelas, tous les acariens remontent dans cette couverture. On replie la couverture, on la met ensuite à la machine à laver, et le matelas est désinfecté. Ces couvertures ont un succès fou ! Un jour ou l'autre, une recherche fondamentale se traduit en termes de développement, d'application. Il est inconcevable d'inventer sans avoir découvert. Il n'y a pas une seule invention qui ne trouve sa source dans la recherche fondamentale, qui peut même avoir été faite 5 ou 20 ans auparavant. »

  • ALERTE ROUGE !

    Dans un article, intitulé «  Les quatre freins de la Wallonie », Jules GHEUDE, brillant essayiste politique, n'y va pas par quatre chemins. Quelques vérités qui sont dures à entendre pour certains. Mais cela aussi, c'est la démocratie !

     

    Pourquoi la Wallonie, n'arrive-t-elle pas à décoller ?

    A cause d'une économie passéiste, de la non fusion entre Communauté et Région, d'un mal bien à elle au niveau de la gouvernance, et d'une réelle impossibilité de réaliser l'équilibre budgétaire. Il faut réagir !

     

    Avertissement.

     

    « Aujourd'hui, la NVA prépare activement les choses pour 2019. Pour la Wallonie, le seuil critique sera bientôt atteint. Privée des transferts financiers en provenance de la Flandre, elle devrait connaître une situation comparable à celle de la Grèce en 2009. Telle est la vérité que les Wallons, et surtout la jeunesse wallonne, doivent connaître. A eux de réagir et de faire comprendre à leurs élites qu'elles font fausse route ! »

    Jules GHEUDE

    dans un article « pas piqué des vers » de « La Libre Belgique » du mardi 14 juin 2016, pp.50-51.

  • Réédition d'un maître belge du FANTASTIQUE.

    Raymond Jean Marie De Kremer, alias Jean Ray/ John Flanders est né le 8 juillet 1887 à Gand. Ville, où il était commis d'administration, et qu'il ne quitta jamais, alors qu'il écrivit des textes sur des terres ou des contrées où il n'était jamais allé.

    Il est un des géants dans le domaine du Fantastique, secteur dans lequel la Belgique occupe une place tout à fait incomparable dans le monde. Il se situe dans la famille des Hoffman, Edgar Poe et Lovecraft. Son humour noir diffère cependant de celui de Lautréamont ou de Huysmans.Il n'a pas non plus l'allure baroque de Ghelderode.

    Très méritoirement, la maison d'édition Alma entreprend la réédition de ses oeuvres. Deux d'entre elles sont déjà disponibles : « Les contes du Whisky (284 pp .) et « La Cité de l'indicible peur » (254 pp.) (chacun : environ 18,00 EUR).

    En novembre de cette année 2016 paraîtra « La Croisière des ombres ». Plus tard viendront « Les Cercles de l'épouvante » et « Le grand nocturne » (mars 2017) et « Les derniers Contes de Canterbury » (novembre 2017).

    Il faudra attendre mars 2018 pour découvrir « Le Livre des fantômes » et mai 2018 pour trouver en librairie « Les Contes noirs du golf ».

    Enfin, en novembre 2018, on aura accès à des oeuvres comme »Saint -Judas-de-la-nuit » et « Le Carrousel des maléfices ».

     

    Célèbres dans le vaste monde.

     

    Au début, Jean Ray écrivit des nouvelles en flamand, sous le nom de John Flanders, dans une revue bilingue.

    Ensuite, en 1925, son ouvrage « Les Contes du whisky » rencontra le succès.

    Puis, ce fut une traversée du désert.

    Mais dans les années soixante, Jean Ray entra dans la collection poche de Marabout, grâce au célèbre Henri Vernes, créateur de Bob Morane, héros de multiples aventures. Cette fois, il était sur orbite.

    Les livres de Jean Ray étaient tirés à cinq cent mille exemplaires à l'époque de l'Union soviétique. Ils restent particulièrement appréciés en Espagne.

    Au Mexique, ils ont été adaptés en bande dessinée.

    Ils ont été publiés dans le monde anglo-saxon. Et Stephen King, qui les admire , place Jean Ray (mort en 1964) au premier rang des cinquante auteurs majeurs du Fantastique.

     

    L.J.