vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues alphacentauri UA-35 UA-35
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Le baume de la MISERICORDE.

    « Combien je désire

    que les années à venir

    soient comme imprégnées de miséricorde

    pour aller à la rencontre de chacun

    en lui offrant la bonté

    et la tendresse de Dieu !

    Qu'à tous,

    croyants ou loin de la foi,

    puisse parvenir le baume de la miséricorde

    comme signe du Règne de Dieu

    déjà présent au milieu de nous. »

     

     

    Pape François

  • Joseph CONRAD, marin et grand romancier de la mer (3).

    Une empreinte sur la littérature moderne.

     

    « Par son acuité psychologique, l'intensité de ses évocations et la complexité de son écriture, Conrad est l'un de ceux qui ont façonné la littérature moderne ». C'est ce qu'affirme « Le Petit Robert des Noms Propres.

    Si la plupart de ses oeuvres le montrent comme un maître de l'exotisme, du roman maritime et colonial, il ne faut pas oublier que Joseph Conrad fut avant tout un serviteur dévoué de la marine marchande, remplissant avec zèle et conscience les fonctions dont il était chargé par ses armateurs, qui lui accordaient leur plus entière confiance.

     

    Admirable chantre de la mer.

     

    Serviteur loyal du grand large, capitaine au long cours exempt de tout reproche, il a su – à l'instar de l'écrivain-pilote Antoine de Saint Exupéry dans le monde de l'aviation - forger de main de maître un lien solide entre sa vie de marin et sa carrière littéraire, car il a trouvé dans sa longue expérience de la mer, la riche matière avec laquelle il a construit ses romans les plus vivants et les plus captivants. Il connaît, en effet, parfaitement ce dont il parle, et c'est pourquoi ses personnages, qu'elle soit calme ou démontée, sont nimbés de cette lumière forte qui attire et captive.

     

    Conrad domine la littérature maritime non seulement parce qu'il est un écrivain subtil, vigoureux et racé, mais aussi et surtout, parce qu'il a su se montrer un admirable chantre d'une carrière attachante qu'il a longuement pratiquée et où il a toujours prêché l'exemple.

     

    Peu d'écrivains maritimes sont plus « vrais » que lui, car il a longuement vécu, sous toutes les latitudes, en intimité avec la mer, et s'il en a subi toutes les traîtrises, il en également connu tous les enchantements. Et seul un vrai marin peut les décrire comme il l'a fait.

     

    Source : Grande Encyclopédie ALPHA de LA MER ; éditions Grange Batelière, Paris, 1972.

  • Joseph CONRAD, marin et grand romancier de la mer. (2)

    Navigation et voyages.

     

    Revenu en Europe après plusieurs années d'absence, Joseph CONRAD reçoit le commandement d'un grand voilier qui le conduit du sud de l'Asie aux îles de l'océan Indien ; il accomplit ensuite plusieurs voyages qui le mènent d'Angleterre aux mers du Sud (Australie, Chili, Marquises, etc.). Sa vie errante n'est interrompue que par une courte période de chômage en 1889, un rapide voyage en Ukraine en 1890 et une expédition au Congo de mai 1890 à janvier 1891. C'est au retour de cette expédition qu'il tombe malade et se voit contraint d'entrer dans un hôpital de Londres, puis en sanatorium à Genève.

     

    Il « entre » en littérature - « LORD JIM ».

     

    Au cours de cette période de repos forcé, il publie, pour se distraire, plusieurs récits de voyages, puis reprend sa carrière de marin. Enfin, en 1894, mettant un terme à sa vie errante, il décide de se consacrer à la littérature. Il écrit alors  « La Folie Almayer », qui obtient un vif succès et décide de sa carrière littéraire. Ce premier roman est suivi de plusieurs autres, dont « Le Nègre » du »Narcisse », « Typhon », « LORD JIM » (histoire d'un marin qui paie de sa vie une lâcheté de jeunesse), « Le Planteur de Malata », « Le frère de la Côte . » Chacun d'eux met en relief des sites que Conrad a connus au cours de sa vie aventureuse, et il campe ses personnages avec un rare bonheur.

    (à suivre)