vue d'ensemble des visiteurs nouveau visiteurs visiteurs connus littérature, journalisme, livres, revues alphacentauri UA-35 UA-35
Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Marins et aviateurs belges, à DIEPPE, en août 1942.

    Dans la mémoire collective, bien moins connuque le Débarquement sur les côtes normandes de juin 1944, le raid allié sur Dieppe du 19 août 1942, qui visait à déstabiliser les Allemands, à la demande de Staline, lequel voulait voir s'ouvrir un second front en Europe, fut, il faut bien le reconnaître, un échec cinglant pour les Alliés.

    Surtout pour les Canadiens, qui y perdirent 913 hommes mais aussi pour les Alliés en général car le nombre de morts s'éleva à 1.200. Sans oublier 600 blessés et plus de 2.000 prisonniers. Le bilan ne fut pas moins lourd dans le camp allemand avec 600 morts et 300 blessés. Et on dénombra encore 48 tués et 100 blessés dans la population civile dieppoise.

    Il est par contre beaucoup moins connu que des Belges jouèrent un rôle important dans l'opération « Jubilee ».

     

    A commencer par 39 aviateurs directement impliqués appartenant à la 350e escadrille de la RAF, commandée par le Squadron Leader Désiré Guillaume. Il y avait aussi une unité de la 174e escadrille sous la direction du Flight Lieutenant Léon De Soomer. Nos marins étaient également très présents au sein d'une section spéciale belge de la Royal Navy, sans oublier les ferries réquisitionnés après qu'ils eurent réussi le rapatriement des britanniques à Dunkerque en 1940.

     

    A noter qu'une soixantaine de marins belges étaient présents lors du raid, affectés sur des cuirassés, des destroyers, des dragueurs de mines, des péniches de débarquement et même des sous-marins. Avec les lieutenants de vaisseau Georges Depoorter, Jules Van Dyck et Victor Billet, qui y perdra la vie. On se souviendra d'eux, ce 19 août, tout comme de Raymond De Wandelaer, associé à ce qui se muerait en commando Kieffer. (...)

     

    Voir l'article complet, rédigé par Christian LAPORTE, et publié dans « La Libre » de ces 19 et 20 août 2017.

  • ACTE GRATUIT.

    Acte gratuit, totalement gratuit, car je sais d'avance que personne ne lira ce petit texte ni ne fera le moindre commentaire. Je prêche dand le désert, je jette une bouteille à l'océan et elle ne me reviendra pas...

    S'apaiser.

     

    En tous les troubles, il faut essayer de s'apaiser en Dieu pour l'amour de Lui ; celui qui est doux n'offense personne, supporte volontiers ceux qui lui font du mal ; enfin il souffre patiemment les coups, et ne rend pas mal pour le mal. Le doux ne se trouble jamais, maisn entend toutes les paroles en humilité et rend le bien pour le mal, et traite avec le prochain avec grande douceur et charité....

     

    Ste Jeanne de Chantal

     

    Sainte Jeanne de Chantal (décédée en 1641) est, avec saint François de Salles, la fondatrice de l'ordre de la Visitation

  • Pas assez de perspectives pour le règne de l'auto électrique ?

    On peut se passionner pour les progrès de la voiture électrique, solution rêvée depuis 1973, date de la première crise de l'énergie, del'interdiction de rouler en voiture certains dimanches...

    Aujourd'hui, le rêve se fracasse sur les réalités.

    En France, signale « Le Soir Magazine », des associations d'écologistes ont calculé qu'il faudrait l'équivalent de dix à 15 nouveaux réacteurs nucléaires pour faire rouler les 36 millions de voitures particulières passant à l'électrique. En Belgique, il n'y a « que » 6 millions d'autos , mais cela fait tout de même l'équivalent d'un à deux réacteurs...

    « La Libre Belgique » confirme : « Si l'ensemble du parc belge de voitures automobiles (5 750 000) était électrique, il faudrait augmenter de 30 % la production électrique de notre pays ! Est-ce possible avec l'annonce de la fermeture des centrales nucléaires ???

     

    Autre argument. Les 2/3 du parc automobile belge « couchent » sur la voie publique (soit 3 800 000unités) et la Commission européenne ne demande seulemeznt à la Belgique d'installer 21 000 bornes de charge sur la voie publique.

    Il est impossible aussi d'imaginer la recharge simultanée de milliers de véhicules électriques sur la même route des vacances.

    On peut affirmer qu'annoncer le règne dominant ou absolu de la voiture électrique et la disparition totale du diesel sont soit une illusion soit un mensonge mais ils feront en tout cas deux victimes : le consommateur et l'environnement !